Le Parc des Princes







Le Parc des Princes, depuis sa construction, a été deux fois site olympique, stade hôte de deux Coupe du monde de football, deux finales de l'Euro, dont celle de la première édition, trois finales de la Coupe des clubs champions européens, dont celle de la première édition, 54 arrivées finales du Tour de France, dont celle de la première édition, 59 matches du Tournoi des cinq nations, 127 matches de l'équipe de France de football, 33 finales de Coupe de France de football, 31 finales du Championnat de France de rugby, la finale de la première édition de la Coupe du monde de rugby à XIII, le premier reportage sportif télé en direct en France, et même des championnats du monde de boxe ou des spectacles musicaux.



Caractéristiques architecturales

La démolition de l'ancien Parc débute le 8 juillet 1967, mais les travaux du nouveau stade ne s'engagent qu'en novembre 1969. Programmés sur douze mois, les travaux s'étendent en fait sur 29 mois. La complexité de l'ensemble explique ces retards. Le stade dessiné par l'architecte Roger Taillibert est en effet avant-gardiste tandis que le passage du boulevard périphérique sous le stade nécessite la construction de piliers souterrains encadrant le tunnel routier afin d'offrir des points d'appui suffisamment solides pour supporter le poids des 77 000 m³ de béton et les 7000 tonnes d'acier de l'enceinte. Le stade, de forme elliptique (grand axe de 251,50m et petit axe de 191m), s'appuie sur des portiques en porte-à-faux qui donne son cachet extérieur au Parc. Ces portiques n'ont pas les mêmes dimensions et treize modèles différents sont nécessaires pour ceinturer l'enceinte. Taillibert décide d'intégrer au toit les 172 projecteurs nécessaires pour les matchs en nocturne ; À l'origine, quatre mats d'éclairage étaient prévus. Les tribunes sont sur deux étages : rouge en bas, bleu en haut. En tournant dans le sens des aiguilles d'une montre, les gradins sont nommés ainsi :



  • Tribune Auteuil - derrière les buts, à gauche par rapport aux caméras TV
  • Tribune Paris (G, H, I, J, K) - latérales, en face des caméras TV
  • Tribune Boulogne - derrière les buts, à droite par rapport aux caméras TV
  • Tribune Présidentielle-Francis Borelli, autrefois Tribune Présidentielle (A, B, C, D, E, F) - latérales, du même côté que les caméras TV


Nota : lors des matchs du PSG, la tribune F est réservée aux supporters visiteurs.

Sa capacité jadis de 49 691 (dont 200 en tribune de presse), puis de 48 527 places, plafonne de 1998 à septembre 2006 à 44 283 places (données UEFA). 44 053 places normales plus 230 places VIP. Cette capacité d'accueil est confirmée par les faits. Depuis 2001, et malgré plus de 40 matches joués à guichets fermés au Parc, le PSG n'y a jamais dépassé une affluence de 43 930 spectateurs.

En août-septembre 2006, certains fauteuils sont remplacés, mais des fauteuils rouges sont installés en tribune haute au milieu des fauteuils habituellement bleus, tandis qu'à l'inverse des fauteuils bleus sont installés en tribune basse au milieu des fauteuils habituellement rouges. On voit désormais l'inscription « PSG » écrite dans la tribune Paris. Ces travaux permettent de gagner quelques centaines de places (nombre non encore précisé) en redotant les premières rangées des tribunes Boulogne et Auteuil de fauteuils, démontées depuis 1997 pour raison de sécurité. L'affiche PSG-OM du 9 septembre 2006 est la première rencontre a se disputer dans cette nouvelle configuration, avec une affluence record depuis six saisons : 44 431 spectateurs. Le Parc accueille ensuite 45 353 spectateurs le 10 mai 2008 à l'occasion d'un match joué à guichets fermés contre l'AS Saint-Étienne.